Jesus'freaks

lieu de rencontre et d'amitié pour tous les jeunes fans de Jésus, fiers de leur foi et prets à embrasser la terre de leur amour du Christ!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 «Une Vérité qui dérange»: les raisons d'un succès

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince

avatar

Nombre de messages : 857
Localisation : Genève ;-)
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: «Une Vérité qui dérange»: les raisons d'un succès   Sam 24 Fév - 20:18

Citation :
«Une Vérité qui dérange»: les raisons d'un succès


Vincent Marville, abbé à Genève, se demande comment on est passé du prophétisme ascétique rappelant la vie éternelle au prophétisme high-tech des scientifiques.


Vincent Marville
Vendredi 20 octobre 2006
Rubrique: Eclairages

C'est curieux. D'habitude, celui dont la mission est de balancer une vérité qui «dérange», c'est le prophète. Cette tactique, menée à son faîte par les religions monothéistes, porte sur toute vérité «cachée», cachée parce qu'elle appartiendrait au futur, ou, plus dérangeant, parce qu' elle enlève un voile sur les habitudes sociales et personnelles. Voyez Mahomet, qui au VIIe siècle s'insurge contre l'idolâtrie de la Mecque. Voyez Moïse, qui rappelle sa vocation à la liberté au peuple descendant de Jacob, enchaîné à la botte de pharaon. Voyez sainte Catherine de Sienne l'illettrée, qui en 1375 fait le voyage d'Avignon pour en ramener le pape à Rome.

Aujourd'hui, l'ancien candidat à la Maison-Blanche, Albert Gore, patronne tout une campagne d'information dont le film, Une Vérité qui dérange, n'est que la pointe d'un iceberg pas près de fondre. Du prophète ascétique rappelant la vie éternelle au politicien high-tech porte-voix des scientifiques, comment en est-on arrivé là? Et pourquoi ce film reçoit-il un écho si fort dans cette mentalité américaine par ailleurs en retard en matière de lutte contre la pollution? Au XXe siècle, l'athéisme et le matérialisme vont fermer aux spirituels officiels l'accès à l'agora mondiale. Pour un temps, l'éternité, le poids de Dieu, la force des dogmes, ne servent plus de réveille-matin à la foire des peuples. La fonction prophétique est cependant tellement ancrée dans la nature de l'homme que les masses matérialistes vont s'éveiller au son de la voix de nouveaux Jean- Baptiste.

Bénis par les nouveaux gardiens du Temple, les «scientifiques», les prophètes adaptés à nos temps, partent en campagne. Avec Al Gore, les people se mobilisent pour propager l'alarme: notre planète se détraque suite aux changements climatiques! Les points principaux du prophétisme classique sont revus et corrigés pour être placés à un niveau compatible avec le matérialisme, si bien que ce qui est porté sur la place publique n'est plus une «vérité qui dérange», mais une vérité qu'on accepte parce qu'elle nous offre le frisson des vérités qui dérangent.

Les caractéristiques du prophétisme ambiance écolo sont l'urgence, l'élection, la conversion. L'urgence car les prophètes parlent en sonnant le tocsin: «Le Royaume des Cieux est tout proche» était le cri d'alarme des douze premiers envoyés du Christ. Pareillement, depuis la Conférence de Rio en juin 1992, la pression monte, et pas seulement dans l'atmosphère. Tout est vécu sous le sceau du «et-si-c'était-déjà-trop-tard-?»

Deuxième signe de prophétisme, il faut choisir son camp, l'état des lieux l'impose. Dès à présent, il s'agit de prendre position entre ceux qui attendent d'avoir toutes les preuves, au risque de perdre trop de temps, et ceux qui sont déjà convaincus, au risque de partir dans une mauvaise analyse faute de recul. Ce phénomène de choix en conscience, de vote au congrès, est étranger en tant que tel à la démarche scientifique, qui évite normalement les défauts de l'opinion. Nous sommes donc dans un phénomène humain parascientifique.

Troisième reprise de la tactique prophétique, l'appel à la conversion. Si un président de la Confédération invitait dans son discours du Ier Août à respecter le dimanche comme jour du Seigneur, je ne suis pas sûr qu'on le laisserait indemne, alors même que tout le monde est content d'avoir congé. Mais s'il invitait à changer drastiquement de comportement quotidien pour commencer à minimiser l'impact de la civilisation sur le climat, les lobbies contrariés ne protesteraient que pour la forme. Changer de comportement est un discours de «conversion» typique du prophétisme monothéiste.

Nous avons un cercle vicieux de «péchés»: consommation - pollution - usurpation. Nous avons nos actes quotidiens de vertus modernes: trier les poubelles, consommer bio, rouler collectif. Etes-vous pratiquants?

Mon opinion est partagée entre mon être de citoyen d'un monde actuel à soigner et mon être de croyant d'un monde nouveau à espérer.

Le réchauffement climatique est un sujet captivant. L'Eglise lui a trouvé un saint patron en la personne de François d'Assise, sans attendre Rio. Elle a su rappeler au bon moment que la sauvegarde de la création fait partie de son patrimoine, et que l'attention aux conditions sociales ne doit pas passer en arrière-fond.

Mais du fond de ma solitude attentive et de ma prière, j'entends le cri des âmes qui sont sensibles à la beauté intemporelle de ce monde désormais globalisé, qui rêvent d'apporter leur pierre à ce bel édifice équilibré et, pour cette raison, qui aspirent à se convertir, qui aspirent à pratiquer des vertus quotidiennes, qui rêvent de grandes causes à l'heure où celles du XXe siècle ne mobilisent plus. Et j'ai peur que ces âmes en restent, mutilées, sur leur faim.

Au Ve siècle, on avait aussi peur de tout perdre, l'Empire romain s'effondrait sous les hordes de barbares. Le plus grand orateur de l'époque, Augustin d'Hippone, mesurait la perte possible mais ne se trompait pas d'espérance. Sa prière: «Tu nous as faits pour toi, et notre cœur est sans repos tant qu'il ne repose en toi.»




© Le Temps, 2006. Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Ne t'inquiète pas,
Citation :
qui rêvent de grandes causes à l'heure où celles du XXe siècle ne mobilisent plus.
les causes pour lesquelles s'engager sont multiples, et ce n'est pas nous apitoyer sur le matérialisme ambiant qui nous aidera à les voir...

N'ayons pas peur de nous engager là où il faut

_________________
Un sage est sans idées

(parce qu’une idée c'est un parti pris)

Confucius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
 
«Une Vérité qui dérange»: les raisons d'un succès
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Pratchett, Terry] Les Annales du Disque-Monde - Tome 26: La Vérité
» Vos 7 vérités
» Miss Karaté Kid : le moment de vérité IV
» La vérité est-elle toujours bonne à dire?
» [Johnston, Jennifer] De grâce et de vérité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jesus'freaks :: Actualité :: économique-
Sauter vers: