Jesus'freaks

lieu de rencontre et d'amitié pour tous les jeunes fans de Jésus, fiers de leur foi et prets à embrasser la terre de leur amour du Christ!
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le pti prince

avatar

Nombre de messages : 857
Localisation : Genève ;-)
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   Dim 24 Juin - 3:42

de plunkett, mon grand ami, et Meier, le philosophe, nous font des leurs Very Happy Laughing Cool Tenez-vous, c'est reparti pour un tour drunken

ça devrait vous réjouir, ce sont mes amis et comme tous bons amis à moi, il vont souffrir Twisted Evil

mais lisez quelle est leur dernière invention:

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2007/06/23/nous-sommes-des-animaux-mais-on-n-est-pas-des-betes-l-avis.html#more

Citation :
Il s'agit donc d'un essai qui étudie les rapports et les différences entre l’homme et l’animal et constitue en réalité une réflexion sur ce que Jean-Marie Meyer et Patrice de Plunkett nomment la « crise de l’humain ».

C’est parce que nous ne savons plus ce qu’est l’homme, que nous ne savons plus le distinguer de la bête.
arf, déjà la dernière phrase, mais attendez vous n'avez rien vu.

quelques citations... juste pour le plaisir de rire pig

Citation :
« Prêter à l’animal quelque chose de mes pensées ou de mes intentions, souligne Meyer, c’est gratuit, subjectif, et parfois périlleux. D’ailleurs l’animal, s’il avait conscience de ‘communiquer’, saurait faire comme les humains : s’expliquer de nouveau s’il avait l’impression de n’avoir pas été compris. Or aucun chercheur n’a jamais constaté cela de la part d’une bête. »

loool bah je vous dis, ils ont décidé de nous faire rire... (d'ailleurs ils le disent eux-même, "L’ensemble est solidement argumenté et documenté, mais bourré d’anecdotes et rédigé sur un mode qui recourt sans cesse à l’humour." mais reste à savoir ce qui fait réellement rire dans leur livre... Embarassed )

lisez plutôt:

Citation :
Seconde interrogation : « L’animal nous aide-t-il à sortir de notre solitude ? » L’homme ne sort de sa solitude que par la rencontre avec son semblable : or les bêtes ne sont pas nos semblables. Les propriétaires d’animaux domestiques qui, à Noël, offrent un cadeau à leur chien ou à leur chat, se l’offrent en réalité à eux-mêmes, car ni le chien ni le chat ne savent ce que sont Noël ou un cadeau...

looool, nan mais le pire c'est que là sur le coup ils sont sérieux Cool

1. y'a pas besoin d'animaux pour s'offrir des cadeaux à soi-même looool (moi je le fais par exemple avec ma soeur quand je lui offre un truc que je pourrai utiliser - aussi- king Embarassed )

2. plus grand monde sait pourquoi il offre un cadeau à noël (à juste raison puisque la seule "raison" c'est coca-cola...), que ce soit les bêtes ou les humains, ce qui plutôt tend à les assimiler sur le coup sunny

3. et ça se dit philosophe... "or les bêtes ne sont pas nos semblables." ouaip on attend toujours qu'ils nous disent en quoi...

Mais le plus hilarant reste à venir, rassurez-vous...

Citation :
A vouloir appliquer à l'animal ce qui ne doit aller qu'à l'homme - le respect - on n'a pas enrichi la moralité humaine. On l'a plutôt fragilisée.

Là nous arrivons au summum de la blague que représente cet ouvrage qui n'a de philosophique que le nom....... affraid affraid affraid

C'est là qu'on creuse un trou sous terre et qu'on espère ne plus jamais y resortir, quitte à devenir une taupe plutôt que de demeurer humain et entendre des propos pareils cherry

Moi en tout cas en lisant certains cathos qui s'y croient tellement, je sais pas dès fois si on est pas plutôt des bêtes et les bêtes des humains Rolling Eyes Shocked

Mais puisque ces bêtes ne parlent pas, notez que pour elles c'est plus simple de ne pas débiter de conneries flower Alors allez, faisons-leur une fleur et avec Cyrulnik laissons leur la parole flower

Citation :
Reste alors à définir la ligne de démarcation, la ligne de la coupure entre Homme et bêtes. La parole, bien sûr, est un bon marqueur, mais dans ce cas nos propres enfants après la naissance, les comateux, les sourds et les aphasiques sont-ils encore des hommes ? Et ceux qui n'emploient pas nos mots aussi couramment que nous, les retardés mentaux, les bégayeurs, les étrangers, sont-il des sous-hommes ?
La bipédie et la fabrication des outils nous offrent alors d'autres repères. Mais dans ce cas, les singes brachiateurs qui se déplacent en se suspendant dans les arbres, les oiseaux tisserins qui cousent leur nid, les loutres qui cassent des noix à coups de bouteilles de bière seraient-ils des hommes ?
Les pratiques sexuelles alors ? Dans ce cas, c'est sur un état et non pas dans un lit qu'il faudrait allonger les Romains et les Aztèques qui pratiquaient la sodomie pour prouver leur politesse (...)

Quand un homme croit parler de l'animal, il ne se rend pas compte qu'il est en train de lire la place qu'il s'attribue parmi les êtres vivants.
Entre nous, il suffit de désigner celui qui est moins homme pour le rapprocher de la Nature et ne pas le soumettre aux mêmes lois que nous "Les Noirs courent plus vite... Les femmes sont soumises aux cycles biologiques ... Les animaux ne parlent pas... ils appartiennent à un autre ordre que le nôtre..." Ces vérités partielles alimentent des théories que l'on prends pour des vérités totales, commettant ainsi un abus de raison. C'est vrai que les noirs courent plus vite, que les femmes ont des cycles visibles et que les animaux ne parlent pas. En quoi, ces vérités partielles pourraient-elles justifier une théorie définitive ? Existe-t-il sur terre quelqu'un qui soit capable de penser une théorie totale ? Est-ce qu'un tout petit segment de représentation du réel ne risque pas de service d'alibi à une représentation du monde qui ne parlerait que de nos désirs inavouables ? Il est difficile aujourd'hui de dire "Monsieur le Nègre... Madame la Femme... Toi l'animal... Je suis nettement supérieur car j'appartiens à une autre essence". Alors on dit : "Il court plus vite, elle a un cycle, il ne parle pas" car ces fragments de discours idéologiques disent la vérité comme la bouche, derrière un masque, exprime l'inavouable. Cette aristocratie du minable laisse échapper que celui qui parle appartient au monde supérieur, au sommet de la pyramide, du simple fait d'être. Il n'y a rien à prouver, ni rien à mériter. Il suffit d'être bien né.

(Les animaux humanisés, Boris Cyrulnik in Si les lions pouvaient parler)

Citation :
Mais l'ennui avec les humains, c'est qu'ils voient l'univers avec leurs idées, bien plus qu'avec leurs yeux.

Le texte de Cyrulnik ICI

_________________
Un sage est sans idées

(parce qu’une idée c'est un parti pris)

Confucius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
Benny



Nombre de messages : 914
Age : 31
Localisation : Genève
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   Mar 26 Juin - 12:09

le pti prince a écrit:
2. plus grand monde sait pourquoi il offre un cadeau à noël (à juste raison puisque la seule "raison" c'est coca-cola...)

Tu n'as pas l'air beaucoup mieux renseigné Wink

Coca-Cola® n'est responsable que du fait que le Père Noël soit habillé en rouge. Traditionnellement, il était vert. Mais il existait déjà avant, et on s'échangeait déjà des cadeaux.

Arglgl pale Coca a fait du Père Noël un rouge affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le pti prince

avatar

Nombre de messages : 857
Localisation : Genève ;-)
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   Mar 26 Juin - 16:20

Benny a écrit:
le pti prince a écrit:
2. plus grand monde sait pourquoi il offre un cadeau à noël (à juste raison puisque la seule "raison" c'est coca-cola...)

Tu n'as pas l'air beaucoup mieux renseigné Wink

Coca-Cola® n'est responsable que du fait que le Père Noël soit habillé en rouge. Traditionnellement, il était vert. Mais il existait déjà avant, et on s'échangeait déjà des cadeaux.

Arglgl pale Coca a fait du Père Noël un rouge affraid

sauf que y'a aucune raison historique valable pour s'offrir un cadeau à noël, qu'elle soit religieuse ou païenne.

donc j'ai déduis que c'était à cause de papa noël, mais vu que tu sembles mieux renseigner, tu vas pouvoir nous renseigner qu'elle est le sens de s'offrir un cadeau à noël si c'est pas pour faire marcher coca et le commerce... Rolling Eyes

_________________
Un sage est sans idées

(parce qu’une idée c'est un parti pris)

Confucius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
Sarah

avatar

Nombre de messages : 72
Age : 33
Localisation : Genève
Date d'inscription : 31/01/2007

MessageSujet: Re: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   Mer 27 Juin - 13:35

Hum...
ça sent le débat sans fin ici Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Benny



Nombre de messages : 914
Age : 31
Localisation : Genève
Date d'inscription : 31/10/2006

MessageSujet: Re: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   Mer 27 Juin - 14:50

Le pti prince a écrit:
sauf que y'a aucune raison historique valable pour s'offrir un cadeau à noël, qu'elle soit religieuse ou païenne.

donc j'ai déduis que c'était à cause de papa noël, mais vu que tu sembles mieux renseigner, tu vas pouvoir nous renseigner qu'elle est le sens de s'offrir un cadeau à noël si c'est pas pour faire marcher coca et le commerce... Rolling Eyes

Je suis totalement d'accord avec le fait que c'est totalement pour faire marcher le commerce. Traditionnellement, le jour où l'on s'offre des cadeaux est l'épiphanie (c'est encore le cas, par exemple, en Espagne, el dia de los reyes), comme les rois mages apportant l'or la myrrhe. Et c'est très bien de s'en souvenir, de même qu'il est important de s'offrir des cadeaux en famille et de se réunir à l'occasion de fêtes pour consolider les liens de familles qui autrement ne le feraient peut être jamais.

Nous avons tous été enfants, et la plupart d'entre nous ont reçu des cadeaux à Noël. Pour mon témoignage, quand j'étais petit, je les recevais à l'épiphanie (à l'espagnole), et je ne pouvais en profiter que deux ou trois jours, avant d'avoir la rentrée scolaire, tandis que quand on a commencé à "s'helvétiser", j'ai reçu mes cadeaux à Noël, ce qui me laissait plus de temps pour en profiter.


Là, c'est un Père Noël canadien de 1875 (bien avant Coca). Le Père Noël est un personnage très largement inspiré de saint Nicolas (270-345), que l'on fête le 6 décembre. C'était un évêque de Myre, très généreux avec les pauvres et surtout les enfants. Les anecdotes de sa vie ont donné lieu à des traditions de Noël.

Par exemple, un jour, il y avait un père qui n'avait pas assez d'argent pour la dot de ses trois filles, alors saint Nicolas a mis de l'argent dans leur bas, suspendus pour sécher près de la cheminée. Il est entre autres le saint patron des enfants.

Maintenant, à nous de savoir ce que nous faisons de la fête de Noël. En effet, certains d'entre nous sont de futurs parents et auront pour devoir d'enseigner le vrai sens de Noël aux enfants, afin qu'ils ne soient pas victimes de ce détournement honteux au profit des puissances de l'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le pti prince

avatar

Nombre de messages : 857
Localisation : Genève ;-)
Date d'inscription : 29/09/2005

MessageSujet: Re: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   Mer 27 Juin - 17:41

Oui merci benny de ce bref aperçu historique, ce que je voulais dire c'est qu'offrir un cadeau à noël n'a pas d'autre sens que culturel. Au moins à l'épiphanie on peut entrevoir de manière claire la raison.

On peut ouvrir un topic sur l'intérêt ou simplement le sens d'offrir un cadeau à noël, mais là le topic concerne la différence homme/bête, et la relation homme/nature.

De plunkett et meier soutiennent qu'on ne peut pas avoir de contrat avec la nature: "si nous devons être bons envers les bêtes, ce n'est pas pour correspondre à une attente de "la Nature", mais parce que l'homme se le doit à lui-même"
car si la Nature a à attendre de nous, alors nous sommes dans "le panthéisme vitaliste" de toutes les dérives, selon lui...

bah je crois qu'il oublie de ce fait toutes les dérives liées au personnalisme qui met l'homme au-dessus de tout le reste de la création, et finit par utiliser les forces de la nature de manière à ce qu'il n'en reste bientôt plus.
A l'entendre il faut se respecter soi-même, et donc de ce fait on respectera la nature:
"l'homme se le doit à lui-même : soit en tant que gérant de la Création (vision judéo-chrétienne), soit en tant que seul porteur de l'exigence morale (vision philosophique)."
la morale alors n'existe qu'entre sujets capable de morale, mais considérer la nature comme de la vie à respecter, non ça semble pas possible.

bref, suite du débat ici:

http://plunkett.hautetfort.com/archive/2007/06/23/nous-sommes-des-animaux-mais-on-n-est-pas-des-betes-l-avis.html#more

_________________
Un sage est sans idées

(parce qu’une idée c'est un parti pris)

Confucius
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lepetiprince.skyblog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous sommes des animaux, mais on n'est pas des bêtes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nous sommes des papillons
» Nous sommes les rois du monde!
» Nous nous sommes observés ...
» Qui nous sommes?
» Nous sommes des survivants, des rescapés !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jesus'freaks :: Actualité :: social-
Sauter vers: